“La mélancolie, c’est cette tristesse entre chien et loup, inexpliquée, un peu vague. C’est la solitude qui vous rattrape et c’est la forme qu’a choisie Snejana Barteneva pour dévoiler les femmes. Entre le passé et l’avenir, la vie est une seconde – et dans une femme, elles sont toutes. La photographe a tenté le défi – débarrasser la femme des représentations. Lui ouvrir un espace hors des exigences de tout et tous, hors des jugements. La femme doit, a fini par se devoir. Plaire, briller, tenir, porter, être réceptacle, gardienne, passeuse.

Snejana Barteneva propose l’allègement – invite la femme à tenter de simplement être, l’espace d’un instant photographié. Trois arrêts sur image qui n’arrêtent rien, ouvrent à l’œil et à la pensée toutes les pistes. Avant, après, autour, derrière l’instant saisi... on s’interroge. Et on plonge. En soi. Snejana Barteneva veut dire la vie intérieure de ses modèles et de ses paysages et propose des images qui sont elles-mêmes intérieures. Bousculées, les perspectives, le regard se perd. Trois arrêts sur image qui sont au seuil. Comme ces femmes aux seuils de leurs maisons et de leurs existences. Au bord du précipice – du choix. Est-il vraiment possible de s’avancer nue... d’être soi ? “